Chill

Chill

Messagepar solarys » Lun 21 Mai 2018 17:06

Rapport de mission sur l'affaire Landser.

C'est vers 4h du matin le jour de la Saint Yves 2018 qu'Angelica, Jean, Charles et moi même priment la route pour le petit village de Landser, près de Mulhouse en Alsace. Nous devions enquêter sur plusieurs rumeurs faisant état de saintes croix disposées autour du village, formant un blasphématoire pentacle dont l'épicentre était l'église, une malheureuse maison de Dieu se trouvant au dessus d'une ancienne fosse commune. Il était aussi question d'ouverture de tombe et de disparition de corps. Le mauvais sort s'acharna sur nous lors du trajet, puisque nous avons dû changer deux fois de roue suite à des crevaisons, sans doutes un signe de notre Seigneur tout puissant pour nous éviter d'assister à l'horreur qui allait s’abattre sur nous.

Une fois sur place, notre premier réflexe fut d'aller interroger mon confrère curé, qui aurait dû se trouver à l'église. Nous n'y trouvâmes que sont corps décapité, sans vie, dont il manquait la cou, comme s'il avait simplement disparut de notre plan de la réalité. Une voix inconnu résonna en moi et m'intima de jeter le corps dans dans la fosse commune. Je décidais d'ignorer cet appel surnaturel. J'ai bien tenté de communiqué avec l'âme du défunt Père afin d'en apprendre plus, mais le malheureux se souvenait juste d’être entrain de prier de façon la plus fervente notre Seigneur tout puissant. Au moins n'aura t'il pas souffert et qu'il puisse reposer en paix dans la chaleur aimante du paradis et y retrouver notre sauver Jésus Christ. Pendant que j'essayais en vain d'obtenir des informations, le chien de cette pauvre Angelica fut sauvagement empalé par un os guidé par la main du malin. Nous avons alors mis le corps de l'animal dans une pièce à part, à l'abri des regards indiscrets . Angelica fut bouleversé et son esprit commença à vaciller. Nous nous mimes en quête de fouiller la pièce principale de l'église lorsque l'effroi nous frappa une première fois. Les cadavres du curé et du chien reprirent vie et nous attaquèrent. Dieu sait que j'ai une sainte horreur de la violence, mais tout comme à l'époque de l'inquisition, il est parfois nécessaire, voire vital d'en user pour combattre les engeances du mal. Bien que cela mis à rude épreuve notre santé mentale, le combat fut instructif. Afin d'éliminer ces atrocités venu du néant, les balles tirés en pleines tête son efficaces. Mais les armes de Dieu le sont tout autant. Si l'eau bénite n'à qu'un effet dissolvant très mineur, le sel en lui même, pur, est une arme redoutable. Et dire que je trouvais les enseignements liturgiques sur la chasse au démons fabulatoire et ridicule...

Alors que nous pensions avoir un instant de répit, ce sont tous les morts du cimetière entourant l'église qui se relevèrent. J'ai alors tenté de lire un passage de la bible afin de les apaiser, mais Satan lui même a pris possession de mon corps pour me forcer à réciter des incantations impies. Même si la solution fut maladroite, elle fut radicale : Angelica me tira dessus afin de me permettre de recouvrer mes esprits, et nous décidément tous ensemble de purifier par le feu cette église. Cependant... mes cher camarades, en tant que brebis ignorantes, brulèrent une bible inestimable de Gutenberg. S'il l'avait sut, nul doutes que Jean, notre historien du groupe aurait tout fait pour protéger le précieux écrit, dont la valeur historique était inestimable. Mais fort heureusement, nous sauvâmes tout de même une relique de Saint Roland. Charles nous fit passer par les toits afin de trouver une échappatoire. Les morts entouraient la voiture et il fut hors de question d'y retourner. Après un long débat qui manqua creuser semer la zizanie entre nous, nous priment la direction de la croix la plus proche afin de briser le pentacle. Après quelques coups entamant l'équilibre de la croix de pierre, les voix s'insinuèrent dans nos esprits et tentèrent de nous monter les uns contre les autres. Cette pauvre Angelica, déjà affaibli par la perte de son fidèle canidé, céda au malin et manqua de tirer sur Charles. Fort heureusement elle le manqua et Jean fit tout ce qui fut possible pour la distraire. Nous miment tous un ultime effort à se faire effondrer la croix, et finalement, tout cessa avec la voix agonisante de ce qui s'apparentait à Lucifer lui même. Toutes les preuves de l'inconnu se consumèrent dans les flammes.

Je ne sais pas pour mes camarades, mais en ce qui me concerne, j'étais à bout de forces, tant physiquement que psychologiquement. De retour à notre antenne de la SAVE et avant décrire le présent rapport, j'ai longuement réfléchis. Je ne remet pas ma foi en question, bien au contraire, mais les événements que nous avons vécus me laissent à penser que bien avant la SAVE, ce sont peut être les instances religieuses qui combattaient l'inconnu. Peut être y a t'il une vérité bien plus forte que je ne le pensais dans les écrits d’exorcisme, de chasse au démon et d'ordres secrets dont seul le Vatican est au courant.

Tout cela pour dire qu'il serait sans doutes utile que je me plonge plus ardemment dans les écrits religieux faisant état des différents méthodes pour combattre le mal et les démons.

Que Dieu nous protège,

Fin du rapport.

Père Bertrand PELIER.
Avatar de l’utilisateur
solarys
Joueur Novice
 
Messages: 72
Inscription: Sam 4 Nov 2017 09:51

Revenir vers Résumé des parties

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron